Sonic

J’en ai rêvé… Sonic l’a fait !

Accrochez-vous bien à votre fauteuil ! Le jeu que je vais vous décrire est l’un des plus fabuleux de l’histoire des consoles ! C’est aussi le premier jeu à sortir réellement les tripes de la Mega D. et à exploiter ses capacités au maximum. Le jeu le plus original, le plus varié, bref, celui que tout le monde attendait sur cette machine !

SONIC EST LA !
Excédé par l’interminable succès de Super Mario, Sega essaie depuis plusieurs années de créer sa propre star pour détrôner le petit plombier ! Alex Kidd, Wonder Boy, Shinobi… Les prétendants au trône se succédèrent, mais rien n’y fit : aucun d’eux, jusqu’à présent, n’a réussi à percer. Sega s’est donc remis au travail et a bien observé son concurrent. La gloire de Mario repose sur trois principes fondamentaux : primo, c’est un petit personnage tout mignon tout plein qui plaît à tout le monde ; secundo, il possède une histoire (il a commencé sa carrière il y a plus de dix ans) et, tertio, sous son nom se cache la plus fabuleuse série de jeux de plate-forme de tous les temps ! Fort de ces observations, Sega s’est mis au travail et a suivi ces principes à la lettre. D’abord, ils ont dessiné un personnage craquant : un hérisson bleu ! Ensuite, à défaut de vécu, ils ont commencé par le mettre dans leurs bornes d’arcade (exemple : Rad Mobile). Aujourd’hui, il est temps de voir s’ils ont réussi le troisième point : réaliser le meilleur jeu de plate-forme.

FLECHE BLEUE

Il était une fois un petit hérisson bleu du nom de Sonic qui vivait dans un pays merveilleux où les animaux étaient les rois. Tous étaient amis et vivaient heureux. Mais un jour, un savant fou, avide de pouvoir, transforma tous les copains de Sonic en insectes-robots destructeurs. Surmontant son chagrin, piqué au vif, notre hérisson partit délivrer ses amis et embrocher le savant… Et comme c’est un hérisson un peu spécial, il va le faire à vitesse « super Sonic » ! En effet, Sonic possède une liberté de mouvement assez importante. Il peut marcher, courir, sauter, nager, pousser des blocs, utiliser des tremplins à ressorts, des | contrepoids… Et lorsqu’il passe dans un tunnel de propulsion (un boyau en forme de S), il franchit le mur du son : l’écran se met à scroller à une vitesse… J’avais jamais vu ça auparavant !

LE SEIGNEUR DES ANNEAUX

Pour libérer les animaux, Sonic doit sauter sur la tête des ennemis qu’il rencontre (des scorpions-robots, des abeilles en acier, des crabes à roulettes…), ceux-ci disparaissent et libèrent un de vos petits copains. Tout au long de son chemin, Sonic trouve également des anneaux qu’il doit collectionner. Lorsqu’il se fait toucher par un ennemi, il en perd un certain nombre, et lorsqu’il n’en a plus… game over !

LE ZONARD DES ETOILES !

La quête de Sonic est pleine de surprises. Les paysages rencontrés au long des six zones sont tous aussi variés que surprenants. La première de ces zones, la « Greenhill Zone », est découpée en trois stages (comme toutes les autres). C’est le point de départ : une sorte d’île paradisiaque, composée de plusieurs niveaux. L’effet de relief que donne le quadrillage des différentes dénivellations comble la rétine ! Mais il ne faut pas avancer en ligne droite : des tas de plates-formes surplombent Sonic. Ces plates-formes cachent souvent des options. Tout comme certains palmiers : il suffit de sauter sur leur sommet (à partir d’une plate-forme de même niveau ou plus haute), rebondir dessus et atterrir plus loin avec l’option convoitée. Mais la grande attraction de cette zone, c’est le grand huit ! Pour réussir, il faut prendre de l’élan. Vous avez trois possibilités : soit courir, soit vous aider d’une des catapultes du jeu, soit rentrer dans le tunnel de propulsion (la plus efficace et la plus hallucinante des solutions). Mais il n’y a qu’un tunnel et il précède le deuxiè* , me grand huit de cette zone.

Autre gag très impressionnant, il arrive à certains endroits que les bords du chemin où vous marchez s’effondrent ! Une seule solution : ne pas s’arrêter ! Bref, ça commence sur les chapeaux de roues. Après Greenhill, vous débarquez dans la « Labyrinth Zone ». C’est le délire ! On se retrouve dans une caverne, avec des ruines de ce qui ressemble à un temple maya. Les difficultés commencent sérieusement, car cette caverne est remplie de flotte et Sonic se noie facilement. De plus, comme le nom de la zone l’indique, il n’est pas facile de s’y retrouver: un véritable dédale… Dans la chute d’eau, le courant vous fait tourner en rond…

After that, c’est la « Marble Zone ». Sonic commence à avoir chaud aux épines… Il se retrouve sur une île volcanique. Non seulement les plates-formes s’écroulent, mais de plus, au contact de la lave, elles s’enflamment ! Les souterrains cachent de lave et Sonic doit se constituer des radeaux avec des blocs de pierre. C’est pas mal, mais ça n’est pas mon tableau préféré.

On arrive donc dans la « Star Light Zone ». Là, tout a changé : la nuit est tombée et, sous un ciel étoilé, Sonic rebondit sur des contrepoids, des escaliers mobiles et à nouveau des grands huit… La classe ! Sonic se retrouve plus souvent la tête en bas que les pieds sur terre. Ensuite, on arrive à la « Spring Yard Zone ». Folie totale : ça ne ressemble à rien de connu ! C’est un mélange entre un jardin suspendu et un flipper. Des tremplins vous envoient sur des « bumpers » qui vous jettent dans les coins : difficile d’attraper les options dans ces conditions ! Une fois que vous en êtes sorti (plutôt secoué), vous attaquez le dernier tableau, la « Scrap Brain Zone », un univers hi-tech parsemé d’embûches aussi étranges que des roues magnétiques, des ours en peluche grenadiers et des masses d’armes géantes… Et ce n’est pas complètement fini !

SONIC QUI RIT, SONIC QUI PLEURE

Il existe deux zones spéciales : le « Spécial Stage » et la « Final Zone ». Celle-ci, qui suit la Scrap Brain Zone, se déroule dans l’antre du savant, que vous devez affronter en face à face (attention à sa machine diabolique !). Quant au Spécial Stage, vous y accéderez à la fin du premier niveau de Greenhill Zone si vous arrivez à touchez l’anneau géant. Et alors, c’est délirant ! Sonic est en apesanteur dans un tableau mul-tidirectionnel qui tourne à 360° avec, en image de fond, des oiseaux et des poissons en 3D. Démentiel ! A vous de ramasser le maximum d’anneaux ou de prendre le diamant central (une vie gratis).

IT’S A SONIC

Sonic est le résultat d’un 1 gigantesque effort de la part des graphistes, des programmeurs et des musiciens… Il suffit d’y jouer pour s’en rendre compte. L’équipe de développement a été jusqu’au bout des possibilités de la machine, mais elle n’a pas fait de faute. Graphiquement, il n’y a jamais eu mieux sur une console de ce type (on exclut la Neo Geo). Il ne manque plus qu’à rajouter un peu de souplesse dans le contrôle de Sonic et, surtout, augmenter la richesse du jeu pour arriver au niveau de Super Mario (23 stages pour Sonic, alors que Mario 3 en compte plus de 54, sans parler des sous-tableaux). Mais ce jeu est encore jeune. Sonic 2 pourrait bien être le Mario killer… En attendant, bravo Sega !

TIPS
- Au tout début de la Laby-rinth Zone, il existe un tableau caché. Pour le trouver, il faut sauter hors de l’écran : vous ne verrez plus Sonic, mais l’écran défilera !
- Tant que vous possédez au moins un anneau, vous ne mourez pas.
- Quand vous atteignez la vitesse super Sonic, les balles ne vous font rien.
- Si vous rentrez dans une montagne avec la super vitesse, vous pouvez en détruire une partie.

Graphisme     : ★★★★★ 96%
Animation      : ★★★★★ 98%
Son                 : ★★★★½ 90%
Difficulté        : ★★★★½ 88%
Durée de vie  : ★★★★½ 92%
Player Fun     : ★★★★½ 91%
Note Globale : ★★★★½ 96%

Article rédigé par Crevette dans Player One n°11.

 

Be Sociable, Share!