Dragon Ball Z 2 – La légende Saien

Le premier jeu inspiré de Dragon Ball est arrivé en France il y a environ dix mois. Vu sa qualité non pas douteuse mais discutable, on pouvait émettre quelques réserves. Bandaï remet donc ça avec une version fort heureusement améliorée.

Dragon Ball Z À la seule évocation de ce nom, des milliers de fans tombent en transe et rêvent de duels sanglants, de rixes sauvages, de combats éclatants où boules d’énergie et coups de latte s’échangent amoureusement et sans compter. Pourquoi un tel engouement ? Qui sait ! Seul Toriyama le démiurge connaît la réponse. C’est lui qui a créé ce monde de Super Saiyajins qui nous est maintenant si familier. Sacrés Japonais…

GUERRIERS SUPREMES

Ce nouvel épisode reprend en grande partie le principe de DBZ premier du nom. Vous disposez d’un mode « story » (vous incarnez Piccolo, Gohan, Trunks ou Végéta) qui reprend v stoire de la série animée, d’un auquel huit joueurs peuvent participer et, bien entendu, d’une option « duel » où vous affrontez un ami. Côté persos, on retrouve les tetes les plus connues. Par contre, du côté des méchants, la refonte est presque totale. Exit les cyborgs, bonjour les pirates. Seul Cell le grand est encore présent.

En ce qui concerne le jeu, le système de combat neste identique. Mais il a été amélioré. Ainsi, vous pouvez toujours envoyer une super attaque d’un bout à l’autre de l’écran ; votne adversaire peut la parer ou bien, nouveauté, la contrer grâce à un pouvoir
d’égale puissance (voir ci-dessus). Au corps à corps, les coups de poing et de pied sont peu nombreux mais certaines manipulations vous permettent d’effectuer des enchaînements très sympathiques. Loin d’être extrêmement technique, Df3Z 2 possède néanmoins assez d’atouts pour ravir les fans de la série… et les autres.

En résumé, un DBZ2 qui corrige la plupart des imperfections du premier épisode. Les fans de al série, à coup sûr, ne vont plus se sentir de joie.

L’avis (favorable) de Terry
Je voudrais d’abord souligner un élément particulier de cette version : les dialogues. Ils sont tellement craignos qu’ils vous feront mourir de rire. Les traducteurs nous prendraient-ils pour des débiles ? Ou, comme me le souffle Iggy, est-ce que le problème ne viendrait pas des dialogues originaux ? A part ce détail, le jeu ne perd en rien son charme et nous plonge directement dans la série. Les pouvoirs se révèlent grandioses et les persos vraiment bien dessinés. Dommage que les musiques et les décors ne soient pas de meilleure qualité car même les indigents qui osent ne pas aimer DBZ auraient craqué. En plus, si vous êtes plusieurs, vous pouvez sélectionner le mode « tournoi » avec lequel on peut réunir huit personnes. C’est bien dans la convivialité qu’on s’éclate le plus. Enfin, les fans apprécieront tout particulièrement de pouvoir incarner Burori, Bojak et Zangya. Ce n’est pas tous les jours qu’ont peut jouer avec des persos tirés tout droit des OAV (Original Animation Video) japonaises.

 

Graphisme     : ★★★★½ 90%
Animation      : ★★★★½ 93%
Son                 : ★★★★½ 85%
Jouabilité       : ★★★★★ 95%
Player Fun     : ★★★★½ 94%
Note Globale : ★★★★½ 92%

Difficulté variable, Durée de vie assez longue.

Article rédigé par Chris dans Player One n°43 (Juin 1994)

Be Sociable, Share!