Super R-Type

Le monstre sacré des shoot’em up ouvre le feu sur la Super Nintendo…

Pour mieux comprendre ce qui va suivre, il faut que je vous explique un élément clef : je suis l’un des plus grands fans de R-Type au monde ! Si je ne devais emporter qu’un seul shoot’em up sur une île déserte, ce serait, sans réfléchir, l’un des épisodes de cette saga culte. R-Type, c’est peut-être le premier shoot’em up de l’ère moderne (aux côtés des Gradius et autre Darius). C’est (pour moi) le plus homogène, le plus intelligent et le plus… typé ! Bien conçu dès le départ, R-Type a su, au fil des innombrables versions, garder un esprit bien marqué. Quelques notes de musique et un ou deux sprites suffisent pour le reconnaître au premier coup d’oeil, quelle que soit la machine qui l’accueille. Bref, je profite de cette version Super Nintendo, pour faire l’apologie de toute la série.

BYDO… NAN !

Depuis ses débuts, R-Type présente un scénario des plus minimalistes ! On apprend vaguement que l’Empire Bydo, une civilisation extra terrestre, tente encore et toujours d’envahir la Terre. Preux chevalier du futur, vous enfourchez votre vaisseau rutilant, le R-9, pour aller tabasser, tout seul, ces milliers d’aliens baveux. En clair, on vous demande de descendre tout ce qui bouge, sans trop en savoir sur la raison qui vous pousse à le faire !

PAS QUESTION D’AVOIR L’ARME A L’OEIL !

Cette raison tient de l’instinct. Tout simplement parce que l’on vous met aux commandes d’une incroyable machine de guerre. Le R-9 est certainement le meilleur vaisseau qui soit, tous shoot’em up confondus. Ni trop petit, ni trop gros, il possède un armement fabuleux et particulièrement bien étudié. Il fonctionne, comme il se doit, sur le principe des options que l’on récolte en dégommant certains vaisseaux ennemis. Sur Super Nintendo, l’option « S » (speed) fait partie des quelques nouveautés qui agrémentent cette version un peu spéciale. Elle augmente la vitesse de déplacement du vaisseau. Mais l’arme géniale qui a fait le succès de R-Type, c’est la Force. Il s’agit d’une sorte de boule, qui fait office de bouclier, et qui peut se placer devant ou derrière le vaisseau. On peut également la projeter au loin. Ainsi, il est possible, lors d’un combat acharné contre un boss récalcitrant, de l’envoyer contre le point sensible du monstre. Quand la Force est attachée au R-9, elle permet d’avoir accès aux diverses évolutions de l’armement (multi-boules d’énergie, lasers onduleurs, rayon réfléchissant…). Quand elle est détachée, le vaisseau est armé d’un laser conventionnel, en mode  multidirectionnel.

OOOOOOOH, BO !

Super R-Type est un cocktail exclusif, composé spécialement pour la Super Nintendo. 11 mélange des morceaux du R-Type classique, ainsi qu’une grosse partie provenant de R-Type II (n’existant qu’en borne d’arcade). Le résultat est, graphiquement parlant, magique ! Des décors spatiaux somptueux, des levels inédits et une tonne de petits détails s’offrent ainsi à vos yeux. De son côté, la bande sonore est vraiment planante. Des beaux décors, des beaux ennemis, de la belle musique… Le jeu serait-il parfait ? Eh bien non, car le dernier point qui gâche le reste, c’est l’animation. En temps normal, votre vaisseau se déplace plutôt bien, mais dès qu’il commence à y avoir quelques sprites à l’écran, d’énormes ralentissements affligent votre déplacement. Bon, c’est jouable, mais ce n’est pas digne d’un tel jeu. Il faut dire que les programmeurs ont beaucoup de mal à gérer la structure multiprocesseur de la Super Nintendo (Super R-Type figure parmi les premiers jeux sortis). Mais malgré cette lacune, qui pénalise franchement l’intérêt du jeu, mon goût immodéré pour les R-Type fait quej e l’apprécie quand même, ne serait-ce que pour la beauté de ses graphismes et pour son ambiance, toujours si particulière.

Incroyable ! les graphismes sont modifiés sur la version française par rapport à la version japonaise. Comme vous pouvez le voir, nous sommes chanceux, puisque c‘est nettement plus bo chez nous… Pour une fois !

Graphisme     : ★★★★½ 90%
Animation      : ★★☆☆☆ 40%
Son                 : ★★★★½ 90%
Durée de vie  : ★★★★☆ 80%
Player Fun     : ★★★★☆ 75%
Note Globale : ★★★★☆ 79%

Difficulté variable.

Article rédigé par Crevette dans Player One n°21.

Be Sociable, Share!