Duck Tales 2

Picsou, le retour, il a astiqué sa canne, pour une nouvelle chasse au trésor au travers de cinq pays. Fidèle à lui-même, il est toujours aussi radin, et d’ailleur, même les continue sont à vendred ! Inutile de vosu dire que la maison ne fait pas crédit…

Le canard le plus riche du monde est cette fois-ci en quête du trésor de Mac Duck. Comme il était écossais, Picsou espère trouver un gros magot. Mais la carte du trésor est déchirée en six fragments dissimulés dans cinq lieux. Un tour du monde s’impose pour Picsou, son pilote Flagada et ses ô combien sages neveux. Les endroits peuvent être visités (et revisités) dans n’importe quel ordre mais Picsou est vite bloqué s’il n’a pas suivi la logique de la carte de départ. Vous irez donc aux chutes du Niagara, puis aux bermudes, à l’île de Mu, en Egypte et, pour finir, dans un château hanté en Écosse. N’affrontez pas le dernier boss avant d’avoir trouvé les six fragments… Sinon, faudra tout recommencer !

T’AS PAS CENT BALLES ?

Toute la force de Picsou vient de sa canne et de sa ténacité. Il en faut pour trouver les passages secrets, s’accrocher sans faiblir aux anneaux au-dessus du vide et ramasser tique propose quelques articles tous les diamants… Cette tâche est primordiale En effet, une boutique propose quelques articles indispensables et Hors de prix. Le continue par exemple, vendu pour la bagatelle de 500 000 dollars, à renouveler souvent… Ou le coffre-fort qui sauvegarde l’argent ramassé au cours d’une partie. On regrette un peu les miroirs de téléportation du premier épisode, et aussi, dans un autre genre, les ralentissements occasionnels. A côté de ça, on applaudit les gadgets avec la canne et la difficulté accrue. Le jeu se recommence avec plaisir, histoire de voir enfin le trésor de Mac Duck.

En résumé : Une chasse au trésor dans cin pays avec la bande à Picsou. L’esprit de Duck Tales 1 est conservé… avec une difficulté accrue.

Graphisme     : ★★★★½ 85%
Son                 : ★★★★☆ 75%
Jouabilité       : ★★★★½ 90%
Durée de vie  : ★★★★☆ 80%
Note Globale : ★★★★☆ 84%

Article rédigé par Miss Daisy dans Player One n°37 (décembre 1993).

Be Sociable, Share!